L'église primitive

L’Église primitive de Montfaucon (1311-1785)

 

La première église de Montfaucon, celle du Bourg fondée en 1311, a fonctionné comme édifice cultuel jusqu’à la veille de la Révolution, quand elle a été remplacée par un nouveau bâtiment construit au cœur de l’actuel village.

En effet, l’église actuelle n’est que l’aboutissement d’une longue évolution puisqu’elle ne se substitue à celle primitive du bourg que tardivement (1785) et que pendant cinq siècles c’est aux pieds du château que se trouve le centre cultuel de Montfaucon, la paroisse primitive

 

La création de la paroisse (1311)

 

A ses débuts, le bourg de Montfaucon n’a pas d’église si bien que ses habitants devaient se rendre pour les offices religieux, à Chalèze 

 

Si les seigneurs de Montfaucon ont demandé et obtenu au début du XIVe siècle la création d'une paroisse au sein de leur bourg, ils l'ont fait, non pas seulement pour la commodité de leurs paysans ou pour répondre à un afflux démographique, mais aussi pour des raisons politiques et de prestige : un bourg digne de ce nom, surtout lorsqu'il s'identifiait à un tel lignage, se devait d'être entièrement autonome, donc de disposer d'une église paroissiale.

Conformément aux habitudes de la chancellerie de l'époque, le texte de la fondation, qui marque une date importante dans l'histoire du village, n'apporte que des renseignements d'ordre administratif : le vocable de l'église (Nativité de Notre-Dame, comme l’église-mère de Chalèze) et surtout les modalités de nomination et de rétribution des curés, dont le premier s'appelle Hugues de Bouclans. Les seigneurs se réservent le droit de patronage, c’est-à-dire le choix du desservant qu’ils présentent à l’archevêque qui, après examen canonique, donne au postulant l’investiture officielle ; ce système fonctionne jusqu’à la Révolution.

La création d'une paroisse facilita la pratique religieuse des habitants du bourg, qui disposaient désormais sur place d'un bâtiment de culte et d'un cimetière : sur le cadastre de 1834, ce dernier se trouve en contrebas de l'église.

 

L’incendie de 1552

 

De ce premier lieu de culte, nous ne savons rien, ni de son architecture, ni du nombre des paroissiens qui le fréquentent.

 

L’église sort de ce profond silence en 1552, lorsqu’un violent incendie la dévaste complètement. En attendant de pouvoir la reconstruire, les habitants obtiennent alors de l’archevêque de Besançon l’autorisation de faire célébrer les offices paroissiaux dans la chapelle du château, située sur la butte

Le bourg est donc obligé de se doter d’un nouveau bâtiment de culte église, celle dont nous voyons actuellement les vestiges et qui va fonctionner comme lieu de culte jusqu’en 1785.



Réagir


CAPTCHA