Le vignoble à Montfaucon

Le vignoble de MONTFAUCON

 

Cette amorce de transfert de la population coïncide avec une nouvelle vocation de l’économie montfalconaise : jusque-là les activités exclusivement rurales étaient tournées vers une polyculture vivrière associant céréales, élevage (vaches et moutons), viticulture.

Si les deux premières fonctions se maintiennent pour assurer la subsistance des habitants, la troisième prend de plus en plus d’importance, parce que plus rentable ; effectivement les livres de compte de la seigneurie révèlent la part croissante du vignoble dans les profits seigneuriaux et l’attraction qu’il exerce chez les bisontins, qui y investissent leurs capitaux. Toutes les pentes autour du château et une grande partie du versant de la vallée du Doubs sont, à l’époque moderne, occupées par des vignes soigneusement recensées et cartographiées.

 

 

Des abris sont aménagés pour faciliter l’exploitation ou la surveillance des vignes au moment de leur maturité : c’est l’origine des cabordes, cabanes en pierres sèches, qui, au début, constituent un abri temporaire et qui au XIXème siècle se transforment progressivement en habitat permanent.

 

 

Une caborde

La disparition du vignoble

Sur le cadastre de 1834 figurent des emplacements de ce qui semble correspondre à des cabordes, tandis que subsistent encore sur le Mont des vestiges qu’il conviendrait de dégager et de sauvegarder pour illustrer la vocation viticole de Montfaucon. Cette dernière, comparable à celle de Besançon popularisée par les Bousbots de Battant, persistera jusqu’à la fin du XIXe siècle, jusqu’à la crise du phylloxera, qui frappe le vignoble français à partir des années 1885 et qui provoque la disparition des terroirs les moins rentables.

 

 

L’abandon de cette culture a provoqué une transformation radicale du manteau végétal : le parcellaire du vignoble de pente caractérisé par ses murets de pierres sèches et ses minuscules pièces de vigne disparaît progressivement depuis le début du XXe siècle pour laisser place à une végétation arbustive, altérant totalement le paysage traditionnel des collines de Montfaucon.



Réagir


CAPTCHA