Montfaucon, village résidence

Montfaucon, village résidence

 

Crise du phylloxéra, départ de la garnison, exode rural plongent le village dans une sorte de léthargie profonde, dont il ne sort qu'après la seconde guerre mondiale, lorsque l'essor économique de Besançon amorce une ultime mutation : une nouvelle vocation de village-résidence, qui concerne aussi toute la périphérie bisontine.

 

Effectivement l’entre-deux guerres est placé sous le signe de la stagnation : 316 habitants en 1926 ; 355 en 1954. Seule La Malate persiste dans ses tentatives d’industrialisation ou d’artisanat en accueillant une fabrique de chaussures et d’articles militaires pour remplacer la liquidation de la faïencerie : la fabrique tourne de 1910 à 1950 en employant au plus fort de son activité une centaine d’ouvriers.

 

Tout change avec la reprise économique postérieure à la seconde guerre mondiale. L'essor urbain de Besançon, son industrialisation (en particulier la Rhodia), la proximité de la ville, les avantages du site et le goût pour la maison individuelle, la disponibilité de terrains constructibles à des prix accessibles dotent Montfaucon, comme la plupart des villages péri-urbains, d'un attrait indéniable, qui se traduit, après 1962, par un boom impressionnant des constructions : entre 1962 et 1982, la population passe de 355 à 1.055 habitants.

 

 

 



Réagir


CAPTCHA