Bourg : la porterie du bourg

La porterie (ou l'entrée) du bourg

 

Pour faciliter la compréhension de ces lieux, nous avons dressé un plan schématique, sur lequel des hachures esquissent le relief, tandis que des symboles restituent les divers vestiges et leur état de conservation et qu’un chemin fléché trace l’itinéraire à suivre. Un long mur d’enceinte, encore visible dans quelques secteurs, entoure tout le site en assurant la première protection défensive ; l’intérieur juxtapose deux ensembles très distincts : le bourg qui s’allonge en ellipse vers le nord-est, jusqu’à l’extrémité de la butte qui plonge vers Chalèze, la butte castrale qui se dresse, telle la carène d’un vaisseau, au-dessus des esplanades.

Le chemin qui conduit au bourg flanque un talus d'éboulis couvert de broussailles qui dissimulent au regard les vestiges de l'enceinte ; néanmoins, quelques tronçons de cette dernière surgissent au sommet de la forte pente qui délimite l’esplanade du château. Mais le visiteur n’y prête guère attention, car son regard est attiré par un mur percé d’une belle arcade qui se profile à une centaine de mètres plus loin et qui marque l'entrée principale du bourg ou porterie.

 

 

Le plan de l’entrée du bourg  donne une vision d’ensemble de ce qui s’offre de nos jours à nos yeux, essentiellement deux voies d’accès, un gros bâtiment à caves voûtées identifié comme la cure-porterie, l’église et le four, sans oublier l’infrastructure d’une étable et soue.

 

Malgré les multiples transformations opérées au niveau de la porterie à l'époque moderne, il est possible de restituer la physionomie originelle de ce point stratégiquement important, grâce aux travaux de restauration.

 

 

La rampe conduit à une arcade, qui rappelle une porte de grange, et pénètre ensuite dans une salle rectangulaire dont les murs diffèrent par leur structure et leur  enchaînement.

 

 

Un examen même superficiel permet de visualiser quelques éléments architecturaux à l’extrémité de cette salle : deux pierres taillées en oblique et de hauteur différente, qui marquent le départ d’arcades, des corbeaux qui s’alignent de part et d’autre à la même hauteur, la feuillure de piédroits, enfin deux minuscules cavités ressemblant à des nids d’oiseau.

 



Réagir


CAPTCHA