Bourg : la cure

La cure-porterie

 

Les aménagements postérieurs au Moyen Age  ont dénaturé  la porterie du bourg, probablement à l’époque où le château a perdu sa vocation militaire et où les précautions défensives ne s’imposaient plus. Aussi a-t-on accolé au rempart une grosse bâtisse qui sert au XVIIIe siècle de résidence au curé de la paroisse et qui abrite des installations agricoles, le prêtre vivant en partie des revenus de sa ferme : nous y trouvons donc des caves voûtées – nous sommes alors en pays de vignobles –, une grange avec écurie, des pièces d’habitation ; en outre, le propriétaire a dévié la route pour construire sur l'ancien accès une grande salle rectangulaire (cellier, où a été trouvée la pierre de pressoir) avec une grande porte cochère (en arcade), réduite par la suite à une petite entrée, probablement à l'époque où la fiscalité immobilière reposait sur la taille des portes et fenêtres.

Il s'agit d'un bâtiment bien connu au moins depuis le milieu du XVIIIe siècle, grâce aux nombreux documents d'archives qui en donnent un descriptif détaillé.

 

 

 

 

Les caves du presbytère en 1989, 1993 et 2009

 

 

La pierre du pressoir

 



Réagir


CAPTCHA