Situation

SITUATION

 

Le château  médiéval de Montfaucon, situé sur le territoire de la commune à laquelle il a donné son nom, se niche à quelques kilomètres à l'est de Besançon, aux portes de la ville, sur le versant oriental de la vallée du Doubs qui fait face au plateau de Bregille. Il est accessible soit depuis le village, soit depuis la Malate, par un sentier qui suit le tracé de la route d'autrefois.

 

Pour apprécier la beauté du site et l'importance des vestiges, le visiteur se rendra d'abord au belvédère de Montfaucon qui se trouve aux pieds même des antennes de TDF. De là, à 600 m d'altitude, il jouit d'un splendide panorama sur tout le Jura et, en particulier, sur le relief tourmenté du secteur bisontin, marqué par un chapelet de collines de verdure entre lesquelles se faufile le Doubs, avec, en arrière-plan, l'agglomération moderne qui s'étire de Palente à Planoise.

 

 

Le paysage qui se déroule au premier plan correspond à ce que les géographes appellent le faisceau bisontin : une zone plissée, en arc de cercle dans le sens sud-est—nord-est, sur laquelle s'appuient les plateaux du Jura et de la Saône. En effet, du côté oriental s'étalent des étendues plates, qui s'élèvent successivement en gradins jusqu'à l'horizon barré de hauteurs continues, souvent brumeuses : ce sont les plateaux typiques du Jura, à commencer par ceux marécageux de Saône, relayés par ceux de Mamirolle, d'Ornans qu'individualise la Roche de Hautepierre et, vers le sud, de Salins dominé par la silhouette familière du Poupet ; au loin s'élève à plus de 1500 m la chaîne des massifs, derrière lesquels, par beau temps, on devine quelques sommets des Alpes, dont le Mont Blanc.

 

 

A l'opposé, au-delà de Besançon, une platitude plus homogène conduit le regard du massif forestier de Chailluz (à droite) jusqu'à la petite montagne de la Serre aux approches de Dole.

Calé entre ces deux ensembles, le faisceau bisontin tranche par son aspect fragmenté et par ses dénivellations : buttes et collines succèdent aux dépressions, disposées schématiquement selon un alignement de deux plis anticlinaux (couches du sous-sol formant une voûte), de part et d'autre de cuvettes synclinales empruntées par la vallée du Doubs. Ainsi repère-t-on d'un côté les hauteurs de Montfaucon qui, au nord-est, forment un éperon avancé au-dessus de Chalèze et qui se prolongent au sud par les buttes des Buis, de Fontain, etc. Au-delà du Doubs, qui n'apparaît que par intermittence, s'allonge le plateau de Bregille ; à sa suite, le bel anticlinal de la Citadelle, que soulignent ses fortifications, puis les hauteurs boisées de Chaudanne, du Rosemont ; seule échappe à notre regard la belle boucle du Doubs qui avait frappé jules César et que dissimule le plateau de Bregille.

 

 

 

 

 

Le site vu du belvédère de Montfaucon

 

 

Comment joindre Montfaucon

 

Photo satellite



Réagir


CAPTCHA